Transport

La Poste investit 600 M d’€ dans la décarbonation de son transport

Par Guillaume Trecan | le | Route et fer

La Poste confirme sa trajectoire de réduction de 30 % de ses émissions d’ici à 2030, date à laquelle le groupe promet de parcourir la moitié des kilomètres de ses tournées en énergie bas-carbone.

La Poste investit 600 M d’€ dans la décarbonation de son transport
La Poste investit 600 M d’€ dans la décarbonation de son transport

Sur les 600 millions d’euros que La Poste investit dans la décarbonation de ses transports, un tiers sera consacré d’ici 2025 à la poursuite du verdissement de sa flotte de véhicules utilitaires. Les 400 millions d’euros restant sont destinés à convertir sa flotte de poids lourds aux énergies bas carbone. Cette flotte qui roule actuellement essentiellement au diesel et qui est notamment mise à disposition de son offre logistique présentée sous la marque Log’Issimo (lire notre article). Avec les 5 000 camions qu’aligne le groupe pour livrer courriers et colis, le transport représente 83 % des émissions carbone de La Poste, dont 31 % sur les premier et dernier kilomètres et 52 % sur le transport poids lourds.

Depuis 2013, La Poste a réduit de 30 % ses émissions carbone. Pour poursuivre cette trajectoire en réduisant à nouveau de 30 % son empreinte d’ici à 2025, le groupe compte également sur ses investissements dans l’électrique.

15 000 véhicules électriques utilitaires

Avec ses 35 000 véhicules électriques, dont 18 000 vélos et 7 000 véhicules utilitaires, La Poste aligne déjà une des plus importantes flottes de véhicules électriques. Dans la liste des engagements que le groupe vient d’annoncer figure notamment le doublement de cette flotte électrique d’ici à 2025. Le groupe doit acquérir 8 000 véhicules utilitaires électriques supplémentaires et déployé 1 000 vélos cargos qui complèteront les 125 existants. Lorsque le groupe sera ainsi doté de 15 000 véhicules électriques utilitaires, une livraison Colissimo sur deux sera décarbonée en France et 100 % des livraisons dans les zones à faible émission et les principales agglomérations.

En terme de mix énergétique, l’électrique sera utilisé pour les liaisons moyenne distance, allant de 250 kilomètres à 400 kilomètres, l’hydrogène pour les liaisons longue distance, de plus de 400 kilomètres. Mais dans un premier temps, entre 2022 et 2030, le groupe va s’appuyer sur les biocarburants et le biogaz. Le groupe prévoit notamment d’implanter sur ses sites huit stations d’avitaillement de biogaz, comme elle l’a fait sur son site de Chelles en 2021.

Le groupe communique sur plusieurs expérimentations en cours ou à venir dans un futur proche telles que l’expérimentation d’un poids lourd électrique en région lyonnaise en juillet 2022, le déploiement de trois poids lourds électriques en Ile de France en 2023, ou encore la mise en exploitation du premier camion hydrogène avant fin 2022 avec mise en place d’une station mobile hydrogène vert TotalEnergies sur la plateforme industrielle du Thillay (95).

 

Transférer cet article à un(e) ami(e)