Transport

Nouveau record pour les taux de fret au premier trimestre 2022

Par Guillaume Trecan | le | Route et fer

Le Benchmark Upply, Ti, IRU des taux de fret routier européens est grimpé à un indice record de 110,9 points, la guerre en Ukraine étant venu ajoutée de la crise à la crise. Les sommets de la hausse ne sont peut-être pas encore atteints, avec un retard dans l’application des nouvelles dispositions du Paquet mobilité.

Nouveau record pour les taux de fret au premier trimestre 2022
Nouveau record pour les taux de fret au premier trimestre 2022

L’indice de référence relevé par Le Benchmark Upply, Ti, IRU des taux de fret routier européens a ainsi augmenté de 4,3 points par rapport au trimestre précédent, à 110,9 points et de 7,5 points en glissement annuel. C’est le 7e trimestre consécutif d’augmentation des prix du transport routier en Europe, après les augmentations de 2021 liées à un accroissement exceptionnel de la demande. Au premier trimestre 2021, sur le marché domestique français, le prix du kilomètre dépasse 1,50 euro contre moins de 1,40 euro au premier trimestre 2019. 

Un record absolu sur cinq ans

Par rapport au premier trimestre de 2018, l’indice des taux de fret a grimpé de 11,6 points. - © D.R.
Par rapport au premier trimestre de 2018, l’indice des taux de fret a grimpé de 11,6 points. - © D.R.

Les raisons de ce nouveau record sont non seulement exceptionnelles par leur ampleur, mais elles sont aussi multiples. La première est évidemment la hausse de 52,7 % des prix du carburant sur un an par rapport au prix de 1,10 euros du litre de diésel enregistré au deuxième trimestre 2020. Au seul premier trimestre, les prix ont augmenté de 12,8 %. En 2019, à 1,38 euros du litre, le carburant représentait déjà 25 % des coûts de fonctionnement d’une entreprise de transport en France. Il est aujourd’hui à 1,68 euros du litre.

Une hausse de 12,8 % des coûts du carburant en un trimestre

Six mois de hausse consécutive des coûts du diesel. - © D.R.
Six mois de hausse consécutive des coûts du diesel. - © D.R.

La hausse a été largement aggravée par la guerre en Ukraine. Ce conflit a non seulement entraîné des restrictions sur les importations de pétrole russe, mais il a aussi aggravé encore un peu plus la pénurie de chauffeurs, actuellement estimée à 425 000 postes, selon l’IRU (International Road Transport Union). Au total, l’IRU estime à 166 000 le nombre de chauffeurs ukrainiens, bélarusses ou russes manquant sur les routes européennes du fait du conflit. Rien qu’en Pologne, la proportion des chauffeurs d’origine ukrainienne ou bélarusse est estimée à près de 30 %. En France, le nombre de chauffeurs manquant est estimé à 34 000, au Royaume-Uni, entre 80 000 et 100 000.

Benchmark des routes de fret en Europe

Les prix du transport de fret augmentent sur toutes les routes. - © D.R.
Les prix du transport de fret augmentent sur toutes les routes. - © D.R.

Les perspectives pour 2022 ne sont guère rassurantes, sachant que le seul espoir de baisse des taux de fret routier étant lié à un ralentissement de la demande généré par l’inflation. D’autant plus que l’effet des accroissements de prix du carburant générées par le conflit ukrainien n’a pas encore été totalement répercuté. Jusqu’au début du mois de mars, les entreprises de transport ont encore pu utiliser du carburant acheté avant l’invasion de l’Ukraine, le 24 février.

En cause aussi dans cette conjoncture haussière l’entrée en vigueur de nouvelles dispositions du Paquet Mobilité au 22 février. Cette nouvelle réglementation impose notamment que les travailleurs détachés bénéficient des mêmes règles de rémunération que les travailleurs locaux, ou encore un retour des véhicules tous les huit jours à leur base opérationnelle. Là encore, le pire reste à venir, puisque l’étude note que 22 des 27 pays de l’UE sont en retard dans l’application de cette nouvelle réglementation.

Transférer cet article à un(e) ami(e)