Transport

Les chargeurs sceptiques sur la décarbonation du transport routier

Par Guillaume Trecan | Le | Route et fer

Moins de la moitié des donneurs d’ordres considèrent que le transport routier de marchandise atteindra les objectifs de neutralité carbone d’ici à 2050. C’est une des révélations de la dernière étude du cabinet BP2R, en association avec le cabinet spécialisé dans les stratégies bas carbone, Carbone4.

Les chargeurs sceptiques sur la décarbonation du transport routier
Les chargeurs sceptiques sur la décarbonation du transport routier

Entre juin et août 2022, les experts du cabinet BP2R ont interrogé 121 donneurs d’ordres, professionnels du transport de marchandises, responsables transport, achats indirects ou encore supply chain sur leurs objectifs en matière de décarbonation du transport routier de marchandise (TRM). Les résultats sont une occasion de plus de mettre en lumière les décalages entre les trajectoires communiquées en haut lieu et les avancées opérationnelles des objectifs fixées. Ainsi, seulement 41 % des répondants estiment que l’objectif de neutralité carbone en 2050 fixé dans le cadre de la Stratégie nationale bas carbone (SNCB) du gouvernement, est réalisable.

Moins de la moitié connaissent leurs émissions de GES

Comment les blâmer lorsque l’on constate leur retard, ne serait-ce qu’en ce qui concerne le diagnostic ? La proportion de ces décideurs connaissant la quantité d’émission de gaz à effet de serre issus du fret pour leur entreprise ne dépasse en effet pas 53 %. Un quart des répondants (24 %) sait que cette mesure existe mais n’en connaît pas le résultat. Sur la proportion du panel qui connaît ce chiffre, on peut même constater que le doute s’accroît puisque seuls 36 % estiment ainsi que le calcul est exhaustif, contre 41 % l’an dernier.

Deux tiers, dans des entreprises sans budget pour réduire les GES du TRM

Autre signe criant d’un manque d’engagement sur ces questions de la part des donneurs d’ordres, plus des deux-tiers des répondants (69 %) estiment que leur entreprise ne consacre aucun budget à ce sujet. La grande majorité (80 %) décale donc le problème vers leurs fournisseurs et s’en remet donc à des mesures incitatives à leur égard.

Les trois quarts ont des objectifs chiffrés !

Reste tout de même quelques bonnes nouvelles dans cette étude. A commencer par la progression de la proportion de donneurs d’ordres qui se sont fixé des objectifs chiffrés. Ils sont 76 % cette année, contre 69 % l’an dernier. La proportion de ceux qui ont des objectifs chiffrés spécifiquement sur le transport routier est également en progression de sept points, mais ils restent minoritaires (48 %).

94 % ont désigné une personne qui pilote l’objectif

La part des décideurs qui ont désigné un pilote pour ce sujet est également en forte progression, puisque seulement 6 % des répondants n’en sont pas passés par là contre 17 % l’an dernier. De fait, dans près de la moitié des cas, c’est la direction générale qui porte les enjeux de décarbonation au sein de l’entreprise. Dans le reste de l’entreprise, la motivation est également au plus haut, sachant que 97 % des chargeurs affirment que leur motivation est fermement assise sur une prise de conscience écologique au sein de la direction de leur entreprise.

Transférer cet article à un(e) ami(e)