Stratégie supply

La promotion de la Supply chain prise en main par ses jeunes diplômés

Par Guillaume Trecan | le | Rh

Onze étudiants de quatre écoles différentes, Kedge, Skema, L’IAE de Grenoble et l’IUT de Valence, planchent depuis janvier sur les meilleurs moyens de promouvoir cette fonction peu ou mal connue. Les trois animateurs du pôle communication présentent la démarche et les premières propositions.

La promotion de la Supply chain prise en main par ses jeunes diplômés
La promotion de la Supply chain prise en main par ses jeunes diplômés

Partie d’une réflexion initiée dans le cadre de la semaine d’intégration de l’ISLI, le mastère spécialisé de Kedge Business School, cette idée de Lab Jeunes a pris forme sous l’impulsion de France Supply chain et des responsables des formations concernées de Kedge, Skema, de L’IAE de Grenoble et de l’IUT de Valence. « Nous sommes des étudiants avec des parcours complètement différents, en achats, logistique, management, marketing, allant de la licence au Bac+6, Mastère spécialisé. Notre objectif est de promouvoir le monde de la supply chain auprès du jeune public, pour qui il est, à l’heure actuelle, totalement inconnu », explique Naïm Belbecir, étudiant en MS Manager de la chaîne logistique et achats de Skema (Lille) et l’un des trois membres du pôle communication du Lab Jeune.

Un jeu de simulation de supply chain pour les écoles

Étudiante en Licence professionnelle, logistique et pilotage des flux à l’IUT de Valence, Lucie Mathieu poursuit : « Etant donné que nous sommes les précurseurs de ce projet, nous travaillons sur les bases. Au sein du pôle communication, nous avons par exemple créé un compte Instagram. Nous avons structuré le Lab Jeune en trois pôles : un pôle communication, un pôle partenariat et un pôle projet. Nous avons aussi créé un Beer Game, un jeu de simulation sur la supply chain, que nous avons simplifié pour permettre à des plus jeunes de découvrir la fonction. Après l’avoir testé sur un lycéen, nous l’avons simplifié pour en faire une sorte de Fresque du climat version supply chain. »

Ces éléments serviront aux jeunes qui nous succèderont dans le Lab lorsqu’ils feront des interventions, par exemple dans des salons d’étudiants

Dans le cadre du pôle Projet, les membres du Lab Jeune réalisent également des interviews diffusés par Radio Supply Chain afin, notamment, de présenter leurs parcours. Une vidéo de présentation du Lab a également été produite et des podcasts de témoignage de figures emblématiques de la fonction sont en projet. Le premier aura pour témoin Vincent Giard, professeur à l’Université Paris Dauphine. « Ces éléments serviront aux jeunes qui nous succèderont dans le Lab lorsqu’ils feront des interventions, par exemple dans des salons d’étudiants », explique Emma Arrondeau, troisième représentante du pôle communication du Lab Jeunes. Le premier groupe du Lab Jeune devrait passer le relai à une deuxième cession progressivement, entre octobre 2022 et janvier 2023.

Tous les chemins à la supply chain

A eux trois, Lucie Mathieu, Emma Arrondeau et Naïm Belbecir incarnent parfaitement la diversité des parcours et des directions que peuvent prendre des profils de professionnels de la supply chain. Celui de Naïm Belbecir montre par exemple la multiplicité des expériences dont peut se nourrir un début de carrière dans la supply chain. Actuellement en alternance au sein du service achats de Valeo, il a repris ses études après une expérience très opérationnelle dans une startup, qui lui a permis de toucher du doigt l’intérêt d’avoir une double casquette achats et logistique.

De son côté, Lucie Mathieu est tombée dans la fonction très jeune, puisqu’elle travaillait en entrepôt logistique de longue date durant ses vacances en suivant l’exemple de sa mère et de sa sœur. Elle a transformé l’essai de ces expériences de terrain, d’abord avec un DUT Gestion de la logistique et des transports à Lyon, puis une licence professionnelle logistique et pilotage des flux en alternance au sein de l’entreprise de sanitaire, plomberie et chauffage Téréva.

Peu de parcours supply chain dans les grandes écoles

Emma Arrondeau est quant à elle diplômée de l’Essec, où elle pourrait n’avoir jamais entendu parler de la supply chain si elle n’avait pas eu l’occasion d’échanger avec le directeur supply chain de Louis Vuitton qui l’a convaincue de l’intérêt de s’orienter vers la supply chain, vu son goût pour les Opérations. Un intérêt confirmé par un stage en gestion de projet chez Michelin, une inscription en MS Global Supply Chain Management de l’ISLI et une alternance chez L’Oréal. « Avant ma discussion avec Vincent Barale j’avais peu connaissance de la supply chain. Quand j’en parle à mon entourage, l’idée que s’en font les gens est très vague et il est nécessaire de passer quelques minutes à expliquer de quoi il s’agit », confirme-t-elle.

Il faut s’écarter de cet aspect logistique et camion pour montrer que d’autres postes existent, comme par exemple dans le S&OP

Emma Arrondeau et les dix autres étudiants du Lab Jeunes, ne manquent pas d’arguments pour défendre leurs métiers. « Il faut s’écarter de cet aspect logistique et camion pour montrer que d’autres postes existent, comme par exemple dans le S&OP. Il faut aussi mettre en avant le côté transverse, la dimension analytique et donc stratégique du métier », résume-t-elle, ajoutant à tout cela une dimension internationale propre à séduire de jeunes étudiants.

Lucie Mathieu complète l’analyse avec sa vision de terrain, faisant remarquer qu’« il y a des métiers totalement inconnus dans le champ de la supply chain, par exemple technicien méthode, ou encore chef de projet et il est dommage que ces métiers ne soient pas mis en avant. »

Transférer cet article à un(e) ami(e)