Stratégie supply

Fnac Darty : « La dimension carbone est un critère de choix de haut niveau dans nos projets »

Par Guillaume Trecan | le | Green

Vincent Gufflet, le directeur des opérations et des services du groupe Fnac Darty, décrypte les premiers enseignements et les enjeux de l’outil « livraison raisonnée » de mesure de l’impact carbone des choix de livraison proposé depuis le début de l’année sur le site e-commerce du groupe.

Vincent Gufflet, directeur services et opérations Fnac Darty. - © Denis ALLARD/REA Denis ALLARD/REA
Vincent Gufflet, directeur services et opérations Fnac Darty. - © Denis ALLARD/REA Denis ALLARD/REA

Quel a été le travail nécessaire en amont de la mise en place de l’outil « livraison éclairée » qui informe les consommateurs de l’impact carbone de leur choix de livraison ?

Nous voulions apporter à nos clients une information sur la dépense carbone des différents modes de livraison, qui vont du click & collect à la livraison express. En amont de cette démarche, nous avons sensibilisé nos partenaires en échangeant avec eux de longue date sur l’impact carbone du kilo de produits transporté. Nous leur avons demandé de nous fournir leurs estimations chiffrées et nous avons travaillé avec eux sur le rapport poids distance parcourue des différents modes de transports. Ce qui a impliqué un grand travail d’analyse des équipes supply chain en coordination avec la direction RSE. Nous avons ensuite fait auditer ces calculs par un organisme extérieur, KPMG. L’initialisation de cette solution, lancée en version bêta en novembre 2021 et disponible depuis le début de l’année, a pris six à huit mois.

Quelle est la part des transports entrants et sortants dans votre empreinte carbone ?

Le transport est le troisième poste. Le premier est la fabrication des produits eux-mêmes. C’est d’ailleurs pour cela que nous avons axé, il y a quatre ans, notre travail sur l’allongement de la durée de vie des produits que nous vendons et que nous avons créé le score de durabilité. Comme nous réparons tous les produits que nous vendons, nous savons lesquels tombent moins en panne, et nous le communiquons à nos clients ! Le deuxième poste est lié à l’usage des produits : consommations d’eau, d'énergie, d'électricité, etc.

Notre approche vis-à-vis du transport est fidèle à la philosophie générale d’achat du groupe, elle n’est ni opportuniste, ni court-termiste

Que représente la sous-traitance transport du groupe Fnac-Darty ?

En tant que deuxième e-commerçant français, nous avons à la fois des partenaires extérieurs pour la livraison dernier kilomètre des petits produits et nos propres modes de délivrance, nos magasins, dont nous devons aussi estimer le poids CO2 du transport amont. Pour les produits volumineux (électroménager et téléviseurs), nous avons notre propre réseau de distribution, pris en charge par les équipes Darty. Nous travaillons avec une vingtaine de partenaires transports.

Notre approche vis-à-vis du transport est fidèle à la philosophie générale d’achat du groupe, elle n’est ni opportuniste, ni court-termiste. Elle revêt une dimension stratégique et la période du Covid n’a fait que confirmer ce point.

Fnac Darty travaille avec une vingtaine de transporteurs et opère avec sa propre flotte pour les produits volumineux. - © D.R.
Fnac Darty travaille avec une vingtaine de transporteurs et opère avec sa propre flotte pour les produits volumineux. - © D.R.

Comment les incitez-vous à développer une offre décarbonée ?

Depuis plus de trois ans, le poids de la dimension carbone dans nos choix est un axe majeur dans nos discussions avec eux. Nous l’abordons dans les discussions au niveau DG et dans la gestion de la relation au quotidien. La dimension carbone est aussi un critère de choix de haut niveau dans nos projets. Nous en avons trois : le critère économique, le critère d’impact client et le critère durabilité.

La meilleure chose que l’on puisse faire pour faire avancer les choses c’est de parler au consommateur parce qu’il entraîne toute la chaîne

La meilleure chose que l’on puisse faire pour faire avancer les choses c’est de parler au consommateur parce qu’il entraîne toute la chaîne. Les consommateurs ont envie de bien faire. Pour cela, nous devons leur apporter des informations pertinentes et faire en sorte que cela ne leur coûte pas trop cher. C’est ce que nous faisons avec la livraison éclairée, tout comme nous le faisons avec le score de durabilité. C’est aussi ce que nous faisons en leur proposant des mécanismes qui ne leur coûtent pas plus cher.

Avez-vous déjà une idée sur la manière dont l’outil livraison éclairée peut influencer les choix des consommateurs ?

C’est un peu tôt, mais nous voyons d’ores et déjà que cela commence à faire bouger les lignes. Notre souhait n’est pas de les contraindre, mais nous devions leur donner le troisième élément de choix avec le prix et le délai de la livraison.

En ville, le click & collect magasin reste la solution la moins consommatrice en carbone, de près de 70 %

Quels sont, a priori, les meilleurs choix de livraison en termes d’empreinte carbone ?

Aujourd’hui, les consommateurs décryptent tout. Nous nous devons donc d’être 100 % sincères. Dans la livraison, il faut donc prendre en compte la partie client et pas seulement celle du transporteur. Si le client doit parcourir 35 kilomètres en voiture individuelle pour aller chercher son produit, cela change le modèle. Au-delà de la partie solution de délivrance du transporteur, nous avons donc mis à disposition, en association avec l’Ademe, un outil pour calculer soi-même son trajet.

En ville, le click & collect magasin reste la solution la moins consommatrice en carbone, de près de 70 %. Dans des zones moins denses, il peut être aussi efficace de recourir à la livraison à domicile. Mais si le consommateur réalise des achats dans plusieurs points de vente sur un même trajet, le Click & Collect reprend l’avantage. Le dernier élément, que nous appréhendons encore mal, mais qui n’est pas lié à l’achat unitaire, c’est le morcellement des courses au niveau de la livraison domicile, qui multiplie le nombre de déplacements de livreurs.

Nous sommes plutôt bien placés pour avoir une vision non-biaisée, parce que notre part de marché est équilibrée entre le retail physique et l’e-commerce

Est-ce que la démarche « livraison éclairée » peut avoir une influence sur votre stratégie de développement, en vous incitant par exemple à implanter de nouveaux points de vente ?

L’intérêt du click & collect c’est qu’il se fonde sur des infrastructures existantes. S’il faut en ajouter, cela peut coûter cher d’un point de vue carbone. Notre but est d’entraîner le consommateur et nous sommes plutôt bien placés pour avoir une vision non-biaisée, parce que notre part de marché est équilibrée entre le retail physique et l’e-commerce.

Transférer cet article à un(e) ami(e)