Transport

Le transport de matériaux de construction tire le trafic fluvial vers le haut

Par Guillaume Trecan | le | Maritime et fluvial

Les matériaux de construction comptent désormais pour près de la moitié des 52,5 millions de tonnes transportées en 2021 sur les 6 700 kilomètres de fleuves, rivières ou canaux en France gérés par Voies navigables de France (VNF).

Le transport de matériaux de construction tire le trafic fluvial vers le haut
Le transport de matériaux de construction tire le trafic fluvial vers le haut

La hausse du trafic fluvial de 3,1 % en volume et de 4 % en tonnes par kilomètres en 2021 marque le retour à la croissance de ce moyen de transport à basses émissions après la crise sanitaire. Le transport de produits agricoles, qui compte pour un tiers du total des volumes transportés, avec 12 millions de tonnes transportés en 2021, aurait pourtant pu plomber les chiffres. Une campagne céréalière moins dynamique que prévue au premier semestre a ainsi entraîné une baisse de 9,7 % des volumes transportés sur l’ensemble de l’année et de 30 % sur le seul premier semestre.

Le transport des remblais d’Île de France en Normandie

Mais, hors filière agricole, l’activité du fret fluvial progresse de 12,5 % en tonnes par kilomètres en 2021. Notamment grâce aux matériaux de construction qui représentent 23,7 millions de tonnes transportés par le fleuve, en progression de 5,6 % par rapport à 2020 en volumes et de 16,8 % en tonnes par kilomètres. En Île de France, la progression du transport fluvial de matériaux de construction atteint même 7,6 % en volumes (15 millions de tonnes transportées) et 20,9 % en tonnes par kilomètres. Les grands chantiers franciliens qui génèrent notamment d’importants transports de terres pour remblais vers la Normandie tirent le trafic vers le haut.

Le groupe Bouygues Construction, dont la filiale Brézillon travaille avec un centre de traitement des terres basé à Longueil-Sainte-Marie sur les bords de l’Oise, a également lancé une expérimentation entre février et mars pour tester l’alimentation de ses chantiers parisien par voie fluviale. Lire à ce sujet notre article.

Les échanges de métaux avec l’Europe du Nord

Avec 3,9 millions de tonnes transportées, la métallurgie connait une progression de 16 % en volumes. Trois facteurs sont cités par VNF pour expliquer cet essor : l’augmentation des flux de déchets et de ferrailles à destination du Nord et de la Belgique, l’augmentation des exportations à destination de l’Allemagne et de la Belgique et celle des importations de tôles et de coils à chaud depuis l’étranger vers l’Ile de France.

Chimie et engrais : la plus forte progression

La filière chimie engrais est un autre secteur à afficher une progression également très honorable de 29,7 % en volumes (4,3 millions de tonnes transportées). Dans les Hauts de France, notamment, la situation s’est bien améliorée en 2021, avec une augmentation de 43,1 % en tonnes par kilomètres, en partie grâce aux travaux de dragage du canal de Condé-Pommeroeul et de la Lys. La hausse des transports d’engrais et de produits chimiques depuis Fos-sur-Mer a aussi pesé dans la balance.

Enfin, le secteur de l’énergie se stabilise, avec une hausse de + 2,3 % des volumes transportés  à 4,5 millions de tonnes et l’activité de transport de conteneurs et de colis lourds connait également une légère hausse en 2021 avec 3,4 % d’EVP en plus par rapport  2020 à 583 000 EVP.

Hiérarchie des secteurs clients du fluvial

1. Matériaux de construction 23,7 millions de tonnes (+5,6 %) 2. Agriculture 12 millions de tonnes (-9,7 %) 3. Energie 4,5 millions de tonnes (+2,3 %) 4. Chimie et engrais 4,3 millions de tonnes (+29,7 %) 5. Métallurgie 3,9 millions de tonnes (+16 %)

 

Hiérarchie des grands bassins fluviaux

1. Bassin de la Seine 22,1 millions de tonnes 2. Axe rhénan français 10,8 millions de tonnes 3. Haut de France 10 millions de tonnes 4. Bassin mosellan 5,9 millions de tonnes

Transférer cet article à un(e) ami(e)