Transport

La belle performance des ports de fret français fin 2021

Par Guillaume Trecan | le | Maritime et fluvial

Spécialisé dans l’achat et l’analyse des prestations de transport, Fretly publie un baromètre du transport maritime de marchandises qui révèle une hausse des marchandises traitées par les grands ports français, à l’import comme à l’export.

La belle performance des ports de fret français fin 2021
La belle performance des ports de fret français fin 2021

Alors que tous les voyants de la logistique mondiale sont aux rouges, marqués notamment par l’engorgement des grands ports internationaux, l’analyse des volumes de marchandises transportés, vers et depuis les grands ports français, que publie le spécialiste de l’achat de transport Fretly a de quoi mettre du baume au cœur. La hausse globale du volume de marchandises ayant transité par les ports français s’affichent en hausse de 4,3 % au quatrième trimestre 2021 par rapport à la même période de l’année précédente. On peut toutefois regretter, si l’on considère la nécessité de rééquilibrer la balance du commerce extérieur français, que les marchandises exportées (+1,8 %) aient légèrement moins progressé que les marchandises importées (+2 %).

Du Havre à La Rochelle

La palme revient évidemment au port du Havre, uni sous la bannière d’Haropa avec les ports de Rouen et de Paris (voir l’interview du directeur général adjoint d’Haropa Port, Krishnaraj Danaradjou), qui a traité 22 716 tonnes de marchandise, en hausse de 8 %. Mais c’est le port de Bordeaux qui affiche la plus forte progression, avec une hausse de 22,4 % et un volume global toujours modeste de 1 827 tonnes transbordés. Entre ces deux extrêmes, on retrouve dans l’ordre les ports de Marseille (18 654 tonnes en hausse de 3,7 %), de Dunkerque (12 103 tonnes, en hausse de 0,9 %), Calais (9 930 tonnes, en hausse de 0,7 %), Nantes (4823 tonnes en hausse de 1,1 %) et La Rochelle (2 362 tonnes, en baisse de 2,8 %).

En ce qui concerne la nature des marchandises transportées, c’est le vrac liquide - hydrocarbures, gaz liquide, produits chimiques… - qui connait la plus forte hausse, avec une croissance de de 6,4 % des volumes totaux ayant transité et une hausse de 4,3 % des volumes exportés. Les volumes de vrac solide sont en revanche en baisse de 2,3 % et le trafic des rouliers stagne, tandis que celui des marchandises conteneurisées est en légère hausse (+1,3 %).

Transférer cet article à un(e) ami(e)