Solutions et techno

40 millions d’euros de plus pour Shippeo

Par Guillaume Trecan | Le | It

Le spécialiste de la visibilité en temps réel du transport, Shipeo vient de lever 40 millions d’euros. Une cinquième levée de fonds qui constitue un pas de plus vers son but : être leader mondial sur son marché. Grâce à ses deux nouveaux actionnaires, Yamaha Motor Ventures et LFX Venture Partners met maintenant le cap sur l’Asie.

Deux des co-fondateurs : Pierre Khoury (CEO) et Lucien Besse (COO). - © Thomas Deron
Deux des co-fondateurs : Pierre Khoury (CEO) et Lucien Besse (COO). - © Thomas Deron

En 2016, un an après sa création Shippeo avait déjà levé deux millions d’euros, huit millions d’euros en 2017, vingt millions d’euros en 2019, trente-deux millions d’euros en 2021 et cette fois-ci quarante millions d’euros. « Depuis le premier jour, nous avons toujours voulu créer un leader mondial. C’est d’ailleurs pour cela que nous sommes partis à six cofondateurs », assume fièrement Pierre Khoury, directeur général de Shippeo, qui rappelle au passage que « l’industrie du logiciel est une activité intensive en capital pour le développement commercial et le développement produit. »

Les levées de fonds ont suivi l’internationalisation de Shippeo

Pour réaliser cette levée de fonds ce sont deux nouveaux partenaires qui entrent dans le tour de table, LFX Venture Partners et Yamaha Motor Ventures, susceptibles d’aider Shippeo à se développer en Asie. Les fonds historiques qui soutiennent Shippeo ont eux-aussi apporter leur concours : Bpifrance, Partech Ventures, NGP Capital, ETF Partners, Battery Ventures et SAP.io. « Les levées de fonds ont suivi l’internationalisation de Shippeo », résume Pierre Khoury.

Cinq fondateurs dans une équipe de direction renforcée

Peu disert sur les chiffres, le directeur général se contente d’indiquer que les fondateurs de la startup conservent « une certaine majorité ». Des fondateurs dont il précise sans provocation « qu’ils ne connaissaient rien à la supply et au transport pour partir de zéro avec un œil neuf » et qui restent aux manettes de la société : Lucien Besse, directeur général en charge des ventes, du marketing et des opérations ; Thibaud Morlot, VP Opérations ; Brice Hua, responsable du delivery produit ; et David Barré, directeur technique. Le sixième partenaire, le directeur marketing, a quitté l’aventure.

Au fur et à mesure de la croissance de l’entreprise, cette équipe a été renforcée par une responsable marketing, arrivée en octobre 2020, Daria Sainani ; un directeur croissance internationale, Christopher Mazza (en septembre 2021) ; un Chief Product Officer, Anand Medepalli (arrivé en octobre 2021) et un Chief Revenue Officer, Philippe Van Hove, qui a rejoint Shippeo début octobre.

Une nouvelle implantation à Singapour

Actuellement, Shippeo emploie un peu plus de 220 personnes, réparties dans onze pays dans le monde, dont une grosse équipe R&D basée notamment à Paris et Lyon. Le premier bureau implanté à l’étranger a été Düsseldorf, en 2017, suivi de Rotterdam, Milan, Stockholm, Londres, Chicago et depuis le printemps 2022 à Singapour. Les fonds levés serviront notamment à renforcer cette tête de pont en Asie actuellement constituée de cinq personnes.

Notre rôle consiste à agréger, agglomérer et corriger toutes les données pour les rendre exploitables 

Tirés en avant par un marché dont la demande de visibilité est plus forte que jamais, les fondateurs de Shippeo ont bien l’intention de garder leur cap, celle d’un « data hub entre des chargeurs et des transporteurs ». Pas question, donc de déborder sur le terrain des TMS ou du S&OP. « Notre rôle consiste à agréger, agglomérer et corriger toutes les données pour les rendre exploitables », résume Pierre Khoury, qui rappelle que Shippeo dispose à ce jour de 879 connections établies avec les systèmes des transporteurs, particulièrement dispersés.

Shippeo s’est notamment imposé comme un leader dans le retail, chez les fright forwarders, dans le secteur des matériaux de construction, mais aussi chez les constructeurs automobiles avec notamment Renault et Forvia parmi ses clients.

Une granularité plus fine, au quart d’heure

« Nous sommes nés de la route qui représente 70 à 80 % des volumes transportés en Europe, mais depuis un an et demi, les grands donneurs d’ordres nous ont poussés à aller vers le multimodal et nous avons développé une solution complète sur l’océan, l’aérien et le rail. Nous continuons à enrichir la plateforme. Le transport est un secteur compliqué où il y a beaucoup de cas d’usage. Nous devons continuer à en ajouter, tout en progressant en termes de granularité », explique Pierre Khoury. Une visibilité qui gagne en précision au fur et à mesure que Shippeo creuse son sillon. Pour Renault, avec qui Shippeo s’est connectée à 125 transporteurs, la startup fournit par exemple des informations qui s’appuient sur des points GPS rafraichis toutes les deux ou trois minutes.

Pour progresser, Shippeo doit désormais concentrer son effort sur trois domaines. Le premier concerne le développement de connecteurs avec les systèmes des transporteurs, le deuxième porte sur la correction et l’enrichissement de la donnée. « Nous avons pour cela une équipe de data scientists assez importante », précise Pierre Khoury. Son troisième domaine de travail concerne le développement d’applications de visibilité.

Transférer cet article à un(e) ami(e)