Transport

Le bateau de Neoline sera construit en Turquie mais 30 % français

Par Guillaume Trecan | Le | Maritime et fluvial

Neoline Armateur vient de dévoiler le contrat signé fin novembre avec le chantier Turc RMK Marine pour la construction d’un cargo roulier à propulsion à voile de 136 mètres de long. Ce premier modèle de Neoliner doit être livré mi 2025 pour assurer une ligne pilote entre Saint-Nazaire, Saint-Pierre-et-Miquelon, Baltimore et Halifax.

Les représentants de Neoline entourés par certains des chargeurs qui les soutiennent. - © Steven Roussel / Agence Disobey / Neoline
Les représentants de Neoline entourés par certains des chargeurs qui les soutiennent. - © Steven Roussel / Agence Disobey / Neoline

Le chantier du Neoliner va commencer très vite par des études en bassin de carène pour définir intégralement le navire et commander les volumes nécessaires d’acier et l’ensemble de ses équipements. La découpe de la première tôle sur le chantier de Tuzla sur les bords de la mer de Marmara, près d’Istanbul est prévue pour novembre 2023. Il devrait être en fonction un peu plus d’un an et demi plus tard.

Nous sommes ravis de ce lancement de construction, après autant de péripéties, c’est pour nous un véritable accomplissement

Le budget de ce navire roulier à propulsion principalement vélique qui assurera une rotation mensuelle transatlantique, s’élève à 60 millions d’euros. Si Neoline Développement a décidé de confier au chantier naval turc RMK Marine sa construction, 30 % de sa valeur sera commandée à des entreprises françaises : les Chantiers navals de l’Atlantique, qui conçoivent et fournissent le gréement Solidsail ; la société d’études d’architecture navale Mauric ; D-ICE Engineering, qui développe des systèmes de routage ; et la société Fouré-Lagadec pour la fabrication d’ailerons antidérive. « Nous sommes ravis de ce lancement de construction, après autant de péripéties, c’est pour nous un véritable accomplissement. Une belle idée est nécessaire mais ensuite, il faut réussir à créer un collectif », rappelle le directeur général et fondateur de Neoline, Jean Zanuttini.

Le cluster ligérien Neopolia n’a pas pu suivre

Le pool industriel du Neoliner a en effet dû être recomposé sous l’action de vents contraires qui ont fait tanguer le projet, en particulier le retrait de l’actionnaire principal de Neoline, Sogestran, en mai 2022, dans un contexte d’inflation et de pénuries lourd de conséquences pour les achats d’acier. De quoi remettre en question le choix initial du cluster industriel ligérien Neopolia, acté à la suite de deux premiers appels d’offres, en 2018, puis 2020.

Nous nous sommes donc tournés vers RMK Marine qui a pu monter une offre clef en main intégrant des parts françaises significatives

« L’offre de Neopolia que nous avions choisie n’était plus dans son domaine de validité et, entre temps, la guerre en Ukraine a éclaté, rendant très compliqué pour eux de maintenir leurs conditions. Ils nous ont fait des propositions alternatives mais qui ne rentraient plus du tout dans notre cadre. Nous nous sommes donc tournés vers RMK Marine qui a pu monter une offre clef en main intégrant des parts françaises significatives », explique Jean Zanuttini, soucieux de rappeler que le changement de partenaires industriels ne procède pas d’une logique d’optimisation de coût. En 2020, RMK Marine était arrivé en deuxième position.

Investisseurs privés et publics

Le budget du Neoliner est constitué d’une part de fonds propres abondés par Neoline Développement, CMA CGM - entré dans le pool financier de Neoline le 4 septembre - Ademe Investissement, Corsica Ferries et la société saint-pierre-et-miquelonnaise Louis Hardy SAS. Des investisseurs publics s’associent également au projet : la Banque des territoires qui apporte 3,8 millions d’euros sous forme d’obligations et la région Pays de la Loire, qui promet une avance remboursable de 1,3 million d’euros. Le projet bénéficie également du soutien du Crédit industriel et commercial (CIC), sous la forme d’un crédit-bail fiscal et d’une garantie des projets stratégiques de BPI France.

Neoline Développement, qui a porté la conception de l’ensemble du projet de navire et de ligne-pilote de la holding Neoline & Associés, avait levé plus de 800 000 euros sur la plateforme collaborative Wiseed et bénéficie aussi du soutien du fonds Mer Invest, de Pays de la Loire Participations et de la société Arcad.

Neuf chargeurs clients plus un sur les rangs

Neuf clients attendent de pied ferme la construction du Neoliner, en tête desquels on retrouve les entreprises ligériennes Bénéteau et Manitou comme principaux clients, mais aussi Renault, Michelin, Hennessy, Clarins, Longchamp, Rémy Cointreau et La Fournée Dorée. Un dixième chargeur français a rejoint ce pool de chargeurs, dont l’identité reste pour l’heure secrète.

Nous commençons à travailler sur des versions différentes de projets spécialisés dans certains domaines de fret 

Maintenant que cette première ligne pilote est sur les rails, Neoline Développement va s’efforcer d’étendre le concept Neoline à d’autres projets sur d’autres lignes. « Nous commençons à travailler sur des versions différentes de projets spécialisés dans certains domaines de fret », avance Jean Zanuttini.

Les performances d’un roulier vélique

Le Neoliner affichera une vitesse moyenne de 11 noeuds. - © D.R.
Le Neoliner affichera une vitesse moyenne de 11 noeuds. - © D.R.

Le futur Neoliner fera la route vers les Etats-Unis en neuf jours à la vitesse moyenne de 11 nœuds de moyenne. Il a une capacité de chargement de 1 200 mètres linéaires ou 265 conteneurs, avec une hauteur de garage de 7,10 mètres sur l’essentiel de sa longueur et de 9,80 mètres sur une zone située à l’arrière du navire.

Transférer cet article à un(e) ami(e)