Logistique

Il faut moins de 6 mois pour absorber un bien d’immobilier logistique en Europe

Par Guillaume Trecan | le | Immobilier

La cellule étude du géant américain de l’immobilier logistique Prologis présente un indice TMS (True Months of Supply) qui révèle la capacité d’absorption du marché de l’immobilier. Elle n’est en Europe que de six mois au premier trimestre 2022, un record.

Il faut moins de 6 mois pour absorber un bien d’immobilier logistique en Europe
Il faut moins de 6 mois pour absorber un bien d’immobilier logistique en Europe

Cet indice TMS (True Months of Supply) a vocation à illustrer avec précision la dynamique de l’offre et de la demande, en indiquant en combien de temps les espaces logistiques actuellement disponibles se tariraient au rythme actuel du marché. L’indice repose sur une équation comparant tous les espaces vacants - y compris les projets en cours de développement non loués - avec la capacité d’absorption du marché sur les quatre derniers trimestres.

Signe de la très forte tension sur ce marché, dans un contexte où le taux de vacance est plus bas que jamais, à 3,2 %, l’Europe affiche un TMS de six mois, le plus court jamais enregistré depuis la création de l’indice, en 2007. Par comparaison, il est de seize mois aux Etats-Unis. Cette différence s’explique notamment par le fait que la France présente moins de locaux obsolètes vacants.

Taux d’absorption des biens et évolution des loyers en Europe

Des loyers au plus haut, un délai d’absorption plus court que jamais et un taux de vacance au plus bas, telle est l’équation du marché de l’immobilier logistique. - © D.R.
Des loyers au plus haut, un délai d’absorption plus court que jamais et un taux de vacance au plus bas, telle est l’équation du marché de l’immobilier logistique. - © D.R.

 

Le TMS est traditionnellement fortement corrélé avec la croissance du prix des loyers, autre signe d’une tension sur le marché. Cela se vérifie au premier trimestre 2022, avec une augmentation des loyers de 8,5 % en glissement annuel.

Sur le marché américain étudié en détail par Prologis Research, le dynamisme du marché ne s’est pas démenti, les clients de l’immobilier logistique absorbant plus de huit millions de mètres carrés au premier trimestre, là où onze millions de mètres carrés avaient été absorbés au trimestre précédent.

Dans le même laps de temps l’offre nouvelle n’a atteint que 6,3 millions de mètres carrés. Si la demande en espaces logistiques reste en effet très forte, la capacité du marché à offrir de nouveaux espaces s’amenuise en effet en raison, notamment du fait des tensions sur les approvisionnements en matériaux de construction.

Transférer cet article à un(e) ami(e)