Transport

Heppner intègre les camions Volta Trucks à son mix énergétique

Par Guillaume Trecan | Le | Route et fer

Le groupe familial de transport Heppner devient le premier client de l’offre « Truck as a service » premium de la startup suédoise Volta Trucks, en s’engageant à accueillir seize camions électriques de 16 et 18 tonnes.

Les Volta Zero seront livrés sur les sites de Lyon, La Courneuve et Rungis. - © D.R.
Les Volta Zero seront livrés sur les sites de Lyon, La Courneuve et Rungis. - © D.R.

Si les deux partenaires ne communiquent pas sur le coût de l’abonnement lié à l’adoption de ces 16 camions, Heppner précise tout de même qu’elle s’accompagne d’un investissement d’un million d’euros pour mettre à niveau ses infrastructures, afin d’accueillir ces seize camions sur ses sites de La Courneuve, Lyon et même Rungis, dont elle n’est pas propriétaire.

Ces sites seront équipés de 18 bornes de recharge de 22 kW et 150 kW, en vertu d’un partenariat entre Volta Trucks et Siemens Smart Infrastructure, qui comprend : les systèmes de contrôle logiciel, l’électrification des installations, l’infrastructure de recharge, la gestion de l’énergie, l’équipement des bâtiments et le financement de projets. Avec ce contrat, Heppner devient le premier client de l’offre « Truck as a service » premium de Volta Trucks, qui comprend loyer mensuel, formation, télématique assurance, assistance et véhicule de remplacement.

Un complément au GNV, notamment

Heppner a pour objectif de réduire de 30 % ses émissions CO2 d’ici 2030 et de 80 % d’ici 2050 (voir notre article). Les camions Voltas Zeros déployés en région parisienne et à Lyon vont ainsi permettre au groupe de répondre aux contraintes du déploiement de la ZFE et de redéployer des véhicules au gaz sur des tournées assurées actuellement par des camions au diesel. Malgré les surcoûts des approvisionnements en gaz Heppner a déjà programmé 15 millions d’euros d’investissement dans la conversion de 50 % de sa flotte au GNV d’ici à 2025, contre 38 % aujourd’hui.

Une démarche volontariste qui se veut exemplaire pour tout l’écosystème d’Heppner, sachant que sa flotte est constituée de 270 poids lourds en propre et d’environ 800 en sous-traitance  : 60 % de ses tournées et 97 % de son bilan carbone dépendent de ses sous-traitants. Ces derniers génèrent en effet 322 000 tonnes de CO2 par an sur les 454 650 tonnes de CO2 consommées par le groupe, selon le référentiel Science Based Targets Initiative (SBTi). Aujourd’hui seuls 4,5 % des 800 tournées quotidiennes du groupe sont effectuées avec des motorisations à faible émission.

Un élément d’attractivité pour les chauffeurs

Cet investissement a aussi pour objectif de conférer une attractivité supplémentaire à la marque employeur d’Heppner, sur un marché du travail très tendu en ce qui concerne les emplois de chauffeurs routiers.

Dans les 18 derniers mois, la startup suédoise Volta Trucks, dont la fabrication du camion est assurée à Steyr en Autriche, dans une usine cédée par le constructeur allemand MAN, a déjà séduit DB Schenker (1 470 Volta Zero), Petit Forestier, The Crown Estate, Clipper Logistics, DPD et Fraikin.

Fondé en 2019, Volta Trucks a levé 360 millions d’euros à ce jour et emploie près de 700 employés. La société commence à faire ses premiers camions de ses lignes de production et développe également son réseau de centres d’entretien et de maintenance, les « Volta Trucks Hubs », les deux premiers ayant déjà été ouvert à Bonneuil-sur-Marne et Tottenham, en Angleterre.

Transférer cet article à un(e) ami(e)